Pages

mardi 26 avril 2022

Review

Le 4e vinyle de la série "De Secretis Naturae" a été commenté sur vitalweekly - 1332, avec une belle review:
"...I enjoyed this case of electronics imitating life very much. In 'Fragment VII', Panis explores the sounds from a distance, as if taping birds from quite a bit of distance. Let's say there is some fine sparseness in the music, especially in the second half of the piece. 'Fragment VIII' is, on the contrary, an energetic piece. Think of a birdhouse in the zoo; now, everything is close by, and there is much action. However, don't think of this as 'it sounds as pure field recordings made with a modular synthesizer'. The synthesizer aspect of the music is undoubtedly a strong presence in the music, and it also sounds pretty much electronic. It all sounds fascinating and sadly too short. But Panis promises a total of nine 7", so there is more to come. Hopefully, one day on a CD/2CD so they can be heard in one long run? (FdW)"

Disponible ici:

jeudi 14 avril 2022

Available in Japan

 

L'album META : META | Raphaël PANIS (bandcamp.com) est disponible au Japon, ici: LOS APSON? Online Shop (shop-pro.jp)

The album META: META | Raphaël PANIS (bandcamp.com) is now available in Japan, at LOS APSON? Online Shop (shop-pro.jp)


Merci / Thanks !

mardi 22 février 2022

De Secretis Naturae (Eng)

The 4th vinyl of the De Secretis Naturae series was released this January 2022.
Here is a work straddling a false field-recording and synthetic sounds.
LowFi? Poetic? Naive?
The following lines try to give some clues to understanding this work.

It took me a long time, many years, before all the components of this project, sound as well as visual and material choices, were put in place and finally became obvious. And yet, I still cannot understand all the reasons for this.
It's a strange feeling to be in front of a job, your own or of another, and to say "yes, that's it, it can only be that and not otherwise".
Oh certainly, it is not for me to claim to have done a "master piece", but only to note that the result corresponds to me, that it is not the result of an uncontrolled chance but is indeed a creation of my mind. Whatever its qualities and defects.
One can always look for the reasons for this feeling in a rational analysis: the construction logics, the coherence of the project, the quality of the making, the references. But that doesn't explain everything, far from it.
Indeed, as an artist, it is always difficult to understand all the reasons for his choices. And it is only a posteriori that all or part of the mechanics is revealed. And that to our surprise we can only note all these links that have been woven without the knowledge of our conscience during all these long years of hesitations and errors.


however, the problem seems simple:
On the one hand, there is a machine, a synthesizer, whose construction had exhausted me so much that once in a state of service, it disgusted me to the point that it remained unused for many years: frustrating situation.
On the other hand, the pleasure of concrete sounds, of this « Acousmatic listening » (« Ecoute réduite » in french) dear to Schaeffer whose simple and daily practice remains an inexhaustible wonder and pleasure.
And in between, this irresistible attraction to synthetic sounds that is why I make music.
And again, next to it, but present in me long before music, this practice of the image through drawing. A practice that until recently seemed difficult to associate with my sound universe.

I don't know how to properly define my work on this vinyl series, or what musical current to associate it with (and to be honest, I didn't even try to find out if in the plethora of electronic production, I had direct precursors).
Electroacoustic / Acousmatic music? Maybe so. In any case it is to the ideas and achievements of this current to which I feel the closest. I had in mind the gap between field-recording and modular synth performances that have become quite fashionable, by diverting the first one by a recreation of a natural space; and by proposing a sound color and a construction different from what is usually done in the world of synthetic music.
A posteriori, it's a color that seems to me closer to Noise, LowFi and other « Bruitiste » currents as well as everything related to "Do It Yourself". This last idea seems to me all the more relevant as the desire to do as much as possible by myself is also at the base of the project: handmade audio machine, handmade linocut, etc.
However, these associations with musical currents, which in the end I know in part rather badly, are not intended. But it's a sound color that is fully assumed. And if this color is so special, it is first of all due to the way of using these machines and not to the desire to graft myself to a style.
The goal was primarily to limit the tools. To focus on aesthetics, the "artistic" in the broad sense, and not on technique. Know some tools enough to forget them and let your fingers work according to what the ears dictate without the passage of an irrelevant technical reflection.


The duration, 4'33, requires some explanation. Or rather allows to reveal some references.
Contrary to what one might think, this duration was chosen because it is very suitable for engraving on a 45T side (did John Cage choose this duration for the same reasons !?). But then the reference to Cage is just a nice wink. And no reference to his work or ideas can be associated with my own work because I don't know him enough for that. All the same, the idea of "composing", or at least putting forward, which usually constitutes an ignored background sound seems an obvious echo of his concerns. Another logical reference could be Luc Ferrari, with his "Presque Rien". But I had in mind the name of Eric La Casa, especially his series "The Stones of the Threshold", whose listening had greatly impressed me. And another artist, Slavek Kwi (Artificial Memory Trace) who was certainly more decisive on my vinyl series because he often reworks and recomposes his recordings drastically, not hesitating to blur the tracks on the nature of the final result. A process that had freed up my musical practice a lot.
I can't find other explicit references, there are certainly many others, but my goal is not to justify my work with references, at most to give some leads to what led me to my achievements.

An important point of my work lies in a voluntary fragility, a voluntary imperfection of the construction as of the simulation of the natural. A naivety even, in the desire to recreate this natural space in a synthetic way. These notions have always seemed fertile to me because they involve voluntarily welcoming accidents and defects, staging them and playing with them to go beyond the original. This makes it possible to assume some birdsong with a much too synthetic color, very electronic backgrounds, etc. To return to the defects, I even enjoyed rebuilding them. For example, include crackles reminiscent of those of a microphone with defective connectivity.
In any case, it is a question of doing art, and not of offering a simulacrum of reality. This implies playing with the medium and expectations of listening and certainly not offering a technically irreproachable object but cold and without humanity.


This last point allows me to say a few words about the composition.
It is obvious that a "natural" sound space is not built in its temporal evolution as is a "classical" score. The rules of arrangement of sounds (instruments?) are here obsolete: no sonata form, no rondo. No ideas of fugues, series, chord grids or other. At most, we can imagine a scenario. And again, the examples of La Casa or Kwi invited me to go further than the realization of what would basically be "program music".

First of all, it should be noted that the use of the synthesizer to build all the sounds of a "natural" environment implies having to think about the physical consequences that support this natural space. When it comes to recreating a realistic environment in computer graphics, it is necessary, for example, to recreate the gravity and solidity of "objects". The idea here is essentially the same: to give a certain "credibility" to synthetic spaces, I had to recreate everything. It is an interesting work that requires listening to "everything" in the sound that we perceive. I admit to having worked without having formalized my constructions. The questions being asked, the construction was made with these questions in mind. This implies not choosing a scenario or diverting it. And similarly, to have a concern for coherence and credibility of the sound space created while twisting this space a little so that a doubt settles on the nature of what is listened to. In short, to compose in all conscience the problems posed by my project.
This is important to me. It is also for this reason that I did not directly copy realistic sounds but did everything from memory.
Like a painter who creates a landscape in his studio, after having made a trip. And especially does not use his sketches or photographs but only what he has kept from his travel impressions.
Another important point, I do not want to hide the medium: it was made with a synthesizer, only. And I don't want to hide the source. Likewise I do not want to hide all the work of editing this sound source: I voluntarily added the audible cuts, included evident synthetic sounds. I want us to be able to hear that it was a machine that produced the sounds, and that there is a human behind these machines. To use the analogy with the painter: I do not want to hide the "brushstrokes". Nor hide that the painting is not a "window on a landscape", but of the material deposited on a canvas stretched on a frame.

We can therefore understand these "synthetic sound spaces" as the recreation of a nature of which only the distant, imperfect and distorted memory remains; who assumes his artificial origin.


The series.
I like the idea of the series: It allows you to reiterate a reflection on the same problem and thus refine your reasoning. And for the listener to enter deeper into the artist's universe.
A series also makes it possible to keep coherence over a longer period of time, at an additional level of reflection: not on a work, but on a group of works.
It is planned a series of 9 vinyls. 18 pieces of 4 minutes and 33 seconds. Each cover is a part that, once all assembled, will reconstitute the image of a tree. Each cover follows to gradually form, as the vinyls come out, the complete picture. Each cover is of an identical format, as is the duration of each song.
This allows me to quickly speak about the visual part of this series.
Each vinyl is associated with an image. This image is a hand-printed linocut (literally: without a press machine). With its deliberate defects, and often its traces of ink on the back.
30 of the 300 vinyls are offered with an original linocut.
It is not necessary to go back on the aesthetic choices because they are identical to those made for the sound: naivety assumed, the branches are very stereotypical, voluntarily flat without real depth in the image. It is not a "real" tree that is represented, but an idea, a tree memory. The medium is not hidden either, nor are the defects in the making.


A few words about the technique:
The only sound source comes from a modular synthesizer built more than 15 years ago. And no other source, even hidden, is used. For example, there was no recording of animals or field recording that I would have patiently reconstructed on top of it, and then deleted the original.
The editing was done in an audio editing software (Reaper) that I used as simply as possible: I only allowed myself the cutting, the modification of the volume and panning, and the layering of the audio files. There is therefore no addition of effects, or treatments (equalization, compression ...) during the mixing step.
To be completely exhaustive, I allowed myself the cleaning of some tracks that sometimes suffer from a "hum" (50Hz). And finally, a slight "mastering" was necessary for a good adaptation to the target medium: vinyl.

What there would be to say about these De Secretis Naturae is not closed, far from it, especially since the series is only at its 4th element. I hope at least that these few lines will lead to a better understanding of my work.





De Secretis Naturae (Fr)

Le 4e vinyle de la série De Secretis Naturae est sorti ce janvier 2022.
Voici un travail à cheval entre un faux field-recording et des sons synthétiques.
LowFi? Poétique? Naïf?
Les lignes qui suivent tentent de donner quelques pistes de compréhension de ce travail.


Il m'a fallu longtemps, de longues années, avant que toutes les composantes de ce projet, choix sonore comme visuel et matériel, se mettent en place et deviennent enfin une évidence. Et pourtant, je ne saurais encore maintenant en comprendre toutes les raisons.
C'est une sensation étrange de se trouver face à un travail, le sien ou celui d'un autre, et de se dire "oui, c'est ça, ce ne peut être que ça et pas autrement".
Oh certes, il ne s'agit pas pour moi prétendre avoir fait « œuvre », mais seulement de constater que le résultat me correspond, qu'il n'est pas le fruit d'un hasard non maîtrisé mais est bien une création de mon esprit. Quels que soient ses qualités et ses défauts.
On peut toujours chercher les raisons de ce sentiment dans une analyse rationnelle: les logiques de construction, la cohérence du projet, la qualité de la facture, voir les références convoquées. Mais cela n'explique pas tout, loin de là.
En effet, en tant qu'artiste, il est toujours difficile de comprendre toutes les raisons de ses choix. Et ce n'est bien qu'a posteriori que toute ou partie de la mécanique se dévoile. Et qu'à notre grande surprise on ne peut que constater tous ces liens qui se sont tissés à l’insu de notre conscience pendant toutes ces longues années d'hésitations et d'erreurs.


L'équation parait pourtant simple:
Il y a d'un côté une machine, un synthétiseur, dont la construction m'avait tellement épuisé qu'une fois en état de servir, celui-ci m’écœurait au point qu’il est resté de longues années inutilisé : situation frustrante.
De l'autre le plaisir des sons concrets, de cette écoute réduite chère à Schaeffer dont la pratique simple et quotidienne reste un émerveillement et un plaisir inépuisables.
Et entre les deux, tout de même, cette attirance irrésistible pour les sons synthétiques qui est la raison pour laquelle je fais de la musique.
Et encore, à côté, mais présent en moi bien avant la musique, cette pratique de l'image par le dessin. Pratique qui jusqu'à une époque récente me semblait difficilement associable à mon univers sonore.

Je ne sais comment définir correctement mon travail sur cette série de vinyle, ni à quel courant musical l'associer (et pour tout dire je m'en fiche, je n'ai même pas cherché à savoir si dans la pléthorique production électronique, j'avais des précurseurs directs).
La musique électroacoustique / acousmatique ? Peut-être oui. En tout cas c'est bien aux idées et réalisations de ce courant dont je me sens le plus proche. J'avais pensé faire un pont entre le field-recording et les performances au synthé modulaire devenu assez à la mode, en détournant le premier par une recréation d'un espace naturel; et en proposant une couleur sonore et une construction différentes de ce qui se fait habituellement dans le milieu des musiques synthétiques.
C'est une couleur qui me semble a posteriori plus proche de la noise, du LowFi et autres courants bruitistes comme aussi de tout ce qui touche au "Do It Yourself". Cette dernière idée me semble d'autant plus pertinente que la volonté d'en faire un maximum par moi-même est aussi à la base du projet: machine audio faite main, linogravure faite main, etc.
Pourtant, ces associations à des courants musicaux, que finalement je connais en partie assez mal, ne sont pas voulues. Mais c'est une couleur sonore qui est entièrement assumée. Et si cette couleur est si particulière, cela est d'abord dû à la manière d'utiliser ces machines et non à l'envie de me greffer à un style.
L'objectif a été en premier lieu de limiter les outils. Pour se concentrer sur l'esthétique, "l'artistique" au sens large, et non sur la technique. Connaître quelques outils suffisamment pour les oublier et laisser ses doigts travailler en fonction de ce que dictent les oreilles sans le passage par une réflexion technique hors de propos.


La durée, 4'33, demande quelques explications. Ou plutôt permet de dévoiler quelques références.
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, cette durée a été choisie du fait qu’elle convient très bien à la gravure sur une face de 45T (John Cage a-t-il donc choisi cette durée pour les mêmes raisons !?). Mais donc la référence à Cage n'est qu'un joli clin d’œil. Et aucune référence à son travail ou à ses idées ne peut être associée à mon propre travail car je ne le connais pas assez pour cela. Tout de même, l'idée de "composer", ou du moins mettre en avant, ce qui d'habitude constitue un fond sonore ignoré semble un écho évident à ses préoccupations.
Une autre référence logique pourrait être Luc Ferrari, avec ses "Presque rien". Mais j'avais plutôt en tête le nom d’Eric La Casa, surtout sa série "Les pierres du seuil", dont l'écoute m'avait fortement impressionné. Et un autre artiste, Slavek Kwi (Artificial Memory Trace) qui a certainement été plus décisif sur ma série de vinyle car il retravaille et recompose souvent drastiquement ses enregistrements, n'hésitant pas à brouiller les pistes sur la nature du résultat final. Procédé qui avait beaucoup libéré ma pratique musicale.
Je ne saurais trouver d'autres références explicites, il y en a certainement beaucoup d'autres, mais mon objectif n'est pas de justifier mon travail à l'aide de références, tout au plus de donner quelques pistes vers ce qui m'a conduit à mes réalisations.

Un point important de mon travail réside dans une volontaire fragilité, une volontaire imperfection de la facture comme de la simulation du naturel. Une naïveté même, dans la volonté de recréer cet espace naturel de manière synthétique. Ces notions m'ont toujours semblé fertiles car elles impliquent de volontairement accueillir les accidents et les défauts, de les mettre en scène et de jouer avec eux pour aller au-delà de l'original. Cela permet d'assumer certains chants d'oiseaux à la couleur bien trop synthétique, des fonds très électroniques, etc. Pour revenir aux défauts, je me suis même plu à les reconstruire. Comme par exemple inclure des craquements rappelant ceux d'un microphone à la connectique défectueuse.
Dans tous les cas, il s'agit de faire œuvre, et non d'offrir un simulacre de réalité. Cela implique de jouer avec le medium et les attentes de l'écoute et certainement pas d’offrir un objet techniquement irréprochable mais froid et sans humanité.


Ce dernier point me permet de dire quelques mots sur la composition.
Il est évident qu'un espace sonore "naturel" n'est pas construit dans son évolution temporelle comme l'est une partition "classique". Les règles d'agencement des sons (instruments ? pupitres ?) sont ici caduques: pas de forme sonate, de rondo. Pas d'idées de fugues, de série, de grilles d'accord ou autre. Tout au plus peut-on s'imaginer un scénario. Et encore, les exemples de La Casa ou de Kwi m'ont invité à aller plus loin que la réalisation de ce qui au fond serait de la "musique à programme".
Tout d'abord, il faut noter que l'usage du synthétiseur pour construire tous les sons d'un environnement "naturel" implique de devoir penser aux conséquences physiques qui soutiennent cet espace naturel. Lorsqu'il s'agit de recréer un environnement réaliste en image de synthèse, il faut par exemple recréer la gravité et la solidité des "objets". L'idée ici est sensiblement la même: pour donner une certaine "crédibilité" aux espaces synthétiques, il m'a fallu tout recréer. C'est un travail intéressant qui impose d'écouter "tout" dans le son que l'on perçoit.
J'avoue avoir travaillé sans avoir formalisé mes constructions. Les questionnements étant posés, la facture s'est faite avec ces questions à l'esprit. Ce qui implique de ne pas se choisir de scénario ou bien alors de le détourner. Et de même, d'avoir un souci de cohérence et de crédibilité de l'espace sonore créé tout en tordant un peu cet espace pour qu'un doute s'installe sur la nature de ce qui est écouté. Bref, composer en toute conscience des problématiques que pose mon projet.
Ce point est important pour moi. C'est aussi pour cette raison que je n'ai pas copié directement des sons réalistes mais ai tout fait de mémoire.
Comme un peintre qui réalise un paysage dans son atelier, après avoir effectué un voyage. Et n'utilise surtout pas ses croquis ou photographies mais uniquement ce qu'il a gardé de ses impressions de voyage.
Autre point important, je ne veux pas cacher le medium: il a été fait avec un synthétiseur, uniquement. Et je ne veux pas en cacher la source. De même je ne veux pas cacher tout le travail de montage de cette source sonore: j'ai ajouté volontairement les coupures audibles, inclus des sons manifestement synthétiques. Je veux que l'on puisse entendre que c'est une machine qui a produit les sons, et qu'il y a un humain derrière ces machines. Pour reprendre l'analogie avec le peintre: je ne veux pas cacher les "coups de pinceaux". Ni non plus cacher que le tableau n'est pas une "fenêtre sur un paysage", mais de la matière déposée sur une toile tendue sur un cadre.

On peut donc comprendre ces "espaces sonores synthétiques" comme la recréation d'une nature dont il ne reste plus que le souvenir lointain, imparfait et déformé; qui assume son origine artificielle.


La série.
J'aime l'idée de la série: Elle permet de réitérer une réflexion sur une même problématique et ainsi d'affiner son raisonnement. Et pour l'auditeur d'entrer plus en profondeur dans l'univers de l'artiste.
Une série permet aussi de chercher une cohérence sur un temps plus long, à un niveau de réflexion supplémentaire: non pas sur une œuvre, mais sur un groupe d’œuvres.
Il est prévu une série de 9 vinyles. 18 morceaux de 4 minutes et 33 secondes. Chaque pochette est une partie qui, une fois toutes assemblées, reconstitueront l'image d'un arbre. Chaque pochette se suit pour former progressivement, au fur et à mesure que les vinyles sortiront, l'image complète. Chaque pochette est d'un format identique, comme l'est la durée de chaque morceau.
Cela me permet d'aborder rapidement la partie visuelle de cette série.
Chaque vinyle est associé à une image. Cette image est une linogravure imprimée à la main (au sens propre: sans presse). Avec ses défauts volontaires, et souvent ses traces d'encre au dos.
30 des 300 vinyles sont proposés avec une linogravure originale.
Il n'est pas nécessaire de revenir sur les choix esthétiques car ils sont identiques à ceux effectués pour le son: naïveté assumée, les branches sont très stéréotypées, volontairement à plat sans réelle profondeur dans l'image. Ce n'est pas un "vrai" arbre qui est représenté, mais une idée, un souvenir d'arbre. Le medium n'est pas caché non plus, ni les défauts de facture.


Quelques mots sur la technique:
L'unique source sonore provient d'un synthétiseur modulaire construit il y a maintenant plus de 15 ans. Et aucune autre source, même cachée, n'est utilisée. Il n'y a pas eu par exemple d'enregistrement d'animaux ou d'ambiances que j'aurais patiemment reconstitué par-dessus, pour ensuite supprimer l'original.
Le montage s'est fait dans un logiciel de montage audio (Reaper) que j'ai utilisé le plus simplement possible: Je ne me suis autorisé que le découpage, la modification du volume et du panoramique, et la superposition des fichiers audio. Il n'y a donc pas d'ajout d'effets, ou de traitements (égalisation, compression...) lors de l'étape de mixage.
Pour être complètement exhaustif, je me suis autorisé le nettoyage de certaines pistes qui souffrent parfois d'un "hum" (50Hz). Et enfin, un léger "mastering" a été nécessaire pour une bonne adaptation au medium cible : le vinyle.


Ce qu'il y aurait à dire au sujet de ces De Secretis Naturae n'est pas clos, loin de là, d'autant plus que la série n'en est qu'à son 4ème élément. J'espère tout du moins que ces quelques lignes permettront de mieux comprendre mon travail.



Les Vinyles: https://raphaelpanis.bandcamp.com/
Pour la partie sonore: http://www.rpanis-akousma.fr/
Pour la partie visuelle: http://www.rpanis-anthropos.fr/
Quelques vidéos d'exemples de l'usage du synthétiseur:
https://www.youtube.com/channel/UChfTv9y_1G1o6icBdval2gg




jeudi 3 février 2022

Vidéo

Vidéo sur la musique de SEETTON.

De Secretis Naturae

 

Vinyle 45T. Sortie le 15 Janvier.
4e de la série

Fragment VII - 4'33
Fragment VIII - 4'33

Tirage limité à 300 exemplaires.
30 exemplaires avec Linogravure originale numérotée.

dimanche 17 octobre 2021

CONCERTS

L'AUTOMNE DES EMPREINTES SONORES 2021 | Terres d'Empreintes (terresdempreintes.com)


JEUDI 23 SEPTEMBRE 2021 12h30
CONCERT : EPSYLON LYRAE. Théâtre de l’Echange

26, rue Sommeiller 74000 ANNECY.

- OP.0: Etude pour viole de gambe solo.


JEUDI 21 OCTOBRE 2021. 20h
PROJECTION + CONCERT “VOYAGE SONORE”. Cinéma « Les Lumières de la Ville »
18, avenue Franklin Roosevelt 74150 RUMILLY

- Projection du court métrage de Gilles Daubeuf « À la lisière » (Musique de SEETTON).
- Concert à la croisée des musiques traditionnelles et des recherches sonores contemporaines. 

vendredi 30 octobre 2020

dimanche 11 octobre 2020

Video

 Time lapse de la réalisation d'un dessin


Musique par SEETTON: http://seetton.com/

mercredi 23 septembre 2020

REVIEW

 Le second vinyl de la série "De Secretis Naturae" a été commenté sur:

Vital Weekly 1251, avec une belle review:
"In Vital Weekly 1232, HS discussed a 7' by Raphaël Panis, “De Secretis Naturae 1” and now there is the second instalment. Panis is a member of Kinetograve, along with Alain Basso (erstwhile of Dernier Du Culte and Phaeton Dernière Danse). Again both pieces are called 'Fragment',

now 'III' and 'IV' and, again, they are four minutes and thirty-three seconds long. On the Bandcamp page, we find this: "Construction of sound spaces, inspired by listening to Nature. Technically, using only devices built by the composer." A while ago, I reviewed a similar 7" by Shaun Robert (Vital Weekly 1244) and wrote about his interests in fitting musique concrète into the length of a pop song. One could say Raphaël Panis has a similar interest. Within the limited time frame of the format that is 7", he works with crackles, hiss, static charges and some oddly shaped drones on 'Fragment IV'. There is some neat space within in these two pieces and one could think there are some field recordings in use here (birds? A woodpecker? Hard to tell), especially on the second half of 'Fragment IV'. In 'Fragment III', all sorts of drones prevail, of amplified and yet empty spaces. Great stuff, too short, next time an album? (FdW)"

Et a été diffusé sur ToneShift radio:
https://www.mixcloud.com/toneshiftradio/the-toneshift-listening-hour-8/